100 boulevard Brune 75014 PARIS
01 42 80 96 99
c.t.r.c-idf@orange.fr

Confinement et qualité de logement

Comment les Français ont-ils vécu cette expérience de plusieurs semaines de confinement dans leur logement ?

Cette  période de confinement a été révélatrice de l’importance de la qualité du logement chez les Français, selon une enquête Ipsos pour l’association Qualitel, mais elle a surtout mis en avant de nombreuses inégalités

L’enquête a été menée auprès de 2 600 personnes interrogées selon 63 questions et 17 critères de notation.

Si 37 % affirment avoir adoré leur logement, à l’inverse, 20 % des Français déclarent avoir mal-supporté leur logement durant la période de confinement. Cela représente tout de même huit millions de foyers.

On retrouve parmi ces derniers, une sur-proportion de jeunes (28 % des moins de 35 ans), ou de personnes vivant seules (26 %). Il en est de même pour les personnes vivant en appartement (29 %). Ou celles avec des revenus modestes (32 % des personnes touchant moins de 1 250 € par mois).

 

Plusieurs facteurs contribuent à cette qualité de logement :

  • Les catégories d’agglomération:

Le Qualiscore utilisé est basé sur l17 critères comme le confort thermique, l’isolation acoustique, ventilation, luminosité, etc.

Sans grande surprise, les Français qui vivent à la campagne juge d’une qualité du logement favorable et ont mieux vécu  le confinement et 65 % de ces personnes que leur logement est adapté pour vivre ce genre de période.

Les personnes vivant dans une grande métropole déclarent à 47 % avoir un logement adapté (35 % pour l’Île-de-France).

Le confinement a donc fait ressortir un clivage territorial important entre les Français qui vivent dans les grandes agglomérations et ceux qui habitent dans des communes rurales.

 

  • En appartement ou en maison ?

 

Seulement 28 % personnes vivant en appartement pensent que leur logement est adapté à cette situation de confinement contre 65 % des foyers vivant dans une maison.

Le fait d’habiter dans un appartement ou dans une maison apparaît donc comme le critère le plus discriminant sur la manière dont les individus ont vécu leur confinement.

 

  • Qualité de logement et statut de l’occupant

La notation diffère selon qu’on est propriétaire ou locataire de son logement. Les propriétaires sont plus généreux avec la notation de leur bien en cette période de crise sanitaire (7,3/10) alors que celles des locataires tourne en moyenne autour des 6/10.
À savoir que ce sont ces mêmes propriétaires qui trouvent à 61 % que la qualité du logement est idéale (33 % pour les locataires).

 

  • La superficie

Ce critère constitue un critère important qui permet de vivre aisément ou non le confinement..

Seul 1 Français sur 4, habitant dans un logement de moins de 75 m2 (hors studio), juge son bien adapté au confinement. Cette proportion passe à près de 8 Français sur 10 pour ceux qui disposent d’un logement de plus de 120 m2.

Une envie de changement.

38% des Français vivant dans un appartement constatent que cette crise sanitaire leur a donné envie de déménager et que le confinement pourrait marquer un tournant sur leur façon de vivre et leur envie d’espace.

L’agglomération parisienne apparaît comme la région où cette envie de changement est la plus forte (31 % des Franciliens souhaitent déménager contre 21 % des habitants des villes moyennes).

Les personnes ayant des enfants en bas âge sont également plus tentés que les autres par le déménagement (41 %) . Ils ont davantage souffert d’un manque d’espace et du télétravail qui exige de pouvoir s’isoler et d’être au calme. Ces difficultés ont toutefois été anticipées puisqu’ils ont été nombreux à passer le confinement ailleurs que dans leur domicile principal (11 % contre 6 % pour le reste des Français).

 

 Pour résumer :
  • 20 % des Français ont mal supporté leur logement pendant le confinement.
  • Leur profil : jeunes, vivant dans une grande ville, locataires, en appartement et à faibles revenus
  • 41 % des Français disent avoir connu des tensions dans leur foyer : les – de 35 ans et les occupants d’appartements sont plus touchés que les autres.
  • Un clivage territorial net  : la France des campagnes note mieux la qualité de son logement pendant la période, devant les villes moyennes puis les métropoles (l’Île-de-France en dernier).
  • 38 % des habitants d’appartements affirment que cette période leur a donné envie de déménager, soit 3 fois plus que les habitants de maison.
  • 94 % des Français se sont confinés chez eux, 92 % dans l’agglomération parisienne. 1ère motivation de ceux qui se sont confinés ailleurs : retrouver leur famille (avant la recherche d’espace).
  • 34 % des Français déclarent qu’ils auraient pu vivre en confinement très longtemps sans problème. Ce sont eux qui donnent la meilleure note de qualité à leur logement.

 

Pour en savoir plus : www.qualitel.org  

 

© CTRC-IdF
16/06/2020
Mahjouba D.